blog des textes de poete fada (frederic cotta)

31 déc. 2007

get closer

I've been thinking about you and I for the past days
It's been nearly a week we are together
And day by day I feel closer to you
Do you realise all I say in this words are true ?

I've been thinking about you and I for a couple of weeks
I would like to move on our relationship
We kissed a lot and have such night I will remember
But I can't stand a day no more without you; get closer

Do you believe in my feelings and are they the same for you ?
For days and nights I can say that I belong to you
Ain't you ready to move on and be much more closer ?
You and me, we're strong when we're in love

Do you understand what I say ?
Will you join me as I dreamed it ?
It is not too late to have those feelings again
So please, get closer

(pour séverine)
Frédéric COTTA (poete-fada)
31 décembre 2007

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

26 déc. 2007

4 jours sans toi

J'ai beaucoup écrit sur mes ruptures
Mais tu me donnes l'envie d'écrire sur nous
Je ne sais par où commencer l'aventure
Tu me manques déjà alors que ce n'est que le début
Des chansons trottent dans ma tête
Et voici mon stylo qui s'envole
Des mots, des sons qui percutent dans mon crâne
Est-ce trop tôt pour rester dans tes bras ?
Je ne sais pas où tu en es,
Tout ce que je peux dire concerne mon âme condamnée
A errer nuit et jour pendant 4 jours où nous serons séparés
Tu vois, tu mets le doute en moi, je veux rester
D'un côté il y a le boulot qui m'attends bientôt
Et cette envie de tout plaquer, recommencer à zéro
J'ai besoin de cette coupure pour ne pas exploser
Mais que la vie sera dure sans toi à mes côtés
Je cache rien des sentiments qui brulent au fond de moi
Être un livre ouvert ne rien cacher de ce que je ressens
J'ai beau vouloir laisser le temps préserver ces instants
Pourrais-je résister longtemps à l'envie d'être ton amant ?
Un sourire, un café et tu as chamboulé mon cœur
J'ai bien conscience de mes erreurs passées
Vouloir tout te donner sans attendre rien que ton amour
C'est ma seule façon d'aimer

(pour séverine)
Frédéric COTTA (poete-fada)
26 décembre 2007
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

15 déc. 2007

c'est la fin

C'est la fin
C'est la fin de notre histoire
Une semaine passée à y croire
Pendant que tu me tenais au loin

C'est la fin
J'ai encore du mal à y croire
Toutes ces heures passées avec toi
Pour rien

Et je me dis que je ne peux plus croire en rien
Si même dans ton coeur tu ne ressens rien

C'est la fin
Jme demande que faire aujourd'hui
Draguer une autre pour qu'elle dise
Je te vois mieux en copain

C'est la fin
Puis-je espérer qu'un jour
Viendra mon temps pour l'amour
Panser toutes mes plaies enfin

Et je me dis que je ne peux plus croire en rien
Si même dans ton coeur tu ne ressens rien

C'est la fin

(ciao ciao Johanna)
Frédéric COTTA (poete-fada)
15 décembre 2007
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

Aurais-je rêvé ?

Ce matin au réveil j'ai étendu mon bras tu n'étais pas là
Secousse dans mon sommeil j'ouvre les yeux je n'te vois pas
Aurais-je rêvé de cette nuit passée à te serrer fort contre moi
Le téléphone sonne, je décroche et ta voix résonne
Je reprends mes esprits et sais que je te vois aujourd'hui
Si seulement je pouvais faire taire ces peurs qui sont en moi
M'aimeras-tu assez longtemps pour construire un nouveau présent ?
Je voulais seulement écrire que je pense très fort à toi
Je ferais tout ce qui est impossible pour te garder près de moi
Laisse moi te retenir un peu te garder dans mes bras
Prends ma force pour conserver le moral et tenir le cap
Je suis là si t'as envie de me voir surtout n'hésites pas
J'ai envie de croire en notre histoire et serai là pour toi
J'ai très peur de me perdre en toi.
Seras tu là pour moi ? Prête à partager nos joies ?

(pour johanna)
Frédéric COTTA (poete-fada)
15 décembre 2007

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

1 déc. 2007

Once again

Once again I don't understand
When I try to do my best to make her happy she escapes
None of her ever wanted me to be happy
None of her never wanted me to be

As I am growing I feel like I couldn't find the good one
This girl that would stay because of me
This girl that would accept me as me
What can I give, who will tell me ?

What do those God want from me ?
As I am growing there have been people slapping my face
I've been suffering and screaming in my head
I tryed to recover from all, that was hard

Once again I don't understand
I want to find her and be a father at last
The onliest thing I want is to live as everyone
Kiss my kids in the morning when I leave them at school
Share this proud with my spouse, get old and die with her

Once again I don't understand
Is there someone into this world that will understand ?
Where was I wrong and why she left me ?

Frédéric COTTA (poete-fada)
01 décembre 2007
(nadège ... lost in the sea)
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

Elle a fait de ma vie un enfer

Elle a fait de ma vie un enfer
En me faisant croire au bonheur d'être à deux
Et pour chaque nuit passée avec elle
Je paye le prix fort de ma liberté conditionnelle

Cette magie qu'il y avait en toi
Et qui me faisait penser que je pouvais être heureux
Ces illusions qui nous bercent parfois
Lorsque l'on se sent seul et qu'apparaît de l'amour un peu

Elle a fait de ma vie un enfer
Parceque j'ai voulu croire qu'enfin mon tour était venu
Elle finissait mes phrases et mes desserts
Elle me faisait rire aux éclats puis elle a disparu

Aurais-je du me meffier encore plus
Lorsqu'elle m'embrassait je me sentais perdu
Ces illusions qui nous bercernt pour un peu
Que l'on ait une envie d'aller un peu mieux

Elle a fait de ma vie un enfer
Elle ne téléphone ni n'envoie plus de sms
Elle ne donne plus de nouvelle
J'ai peur que ma vie se vide de sa tendresse

Perdre tous ces désirs en moi
Lorsque nous faisions l'amour je me croyais amoureux
Est-ce qu'elle me manque ou est-ce de la peur
La peur de me trouver encore une fois seul

Frédéric COTTA (poete-fada)
01 décembre 2007
(nadège ... lost in the sea)
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

9 nov. 2007

You got me crazy

You got me crazy
When we met at the store I
didn't thought we get some more
but I thought you were the nicest girl
in the place and I asked for your phone number
You gave it to me and then run out
I didn't know your name but I called back
You answered me, this day was magic for me
You got me crazy
Then we had a rendez-vous at the restaurant near from the sea
Your skin was so sunny and you told me I have the nicest eyes you've seen
Tell me baby ... You wanna make me crazy
After a while we get to my bedroom
And then begun a fight I'm proud of
As you and I enjoyed the moment we shared
I was thinking "I'm dreaming. please don't get me out off there"
I had the sweetest moment in my life and girl don't you know I can't deny
You got me crazy
You were so hot and sweet,
You make me feel happy as I hadn't been for a long time
We had some week-ends, we get out and in
Everywhere with you I'll go
After some weeks then you called me
To say "it's all other"
It was like a storm get on directly on my heart then

Why you made me crazy like this if it is to leave me ?
I don't know where I were wrong will someone please tell me ?

Why you made me crazy like this if it is to leave me ?
You left myself alone, sad and dark

Why you made me crazy like this if it is to leave me ?
I couldn't imagine this could happen, again

Why you made me crazy like this if it is to leave me ?
abandoned on the road like a dog you've left

Why you made me crazy like this if it is to leave me ?
You got me crazy of your voice, your skin, your body and everything else
did you know all of that girl ?

Why you made me crazy like this if it is to leave me ?
(ad libs)

Frédéric COTTA (poete-fada)
09/11/07
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

4 nov. 2007

Parles moi de lui

Parles moi de lui
Même si j'ai mal je veux savoir pourquoi
Tu as plus de bonheur quand tu es dans ses bras
Je voudrais tant m'enfuir mais j'ai besoin de toi

Parles moi, parles moi de lui
Te fait-il rire plus souvent que moi ?
Ecrit-il des "je t'aime" mieux que moi ?
Au lit est-il plus tendre ou plus ardent ?

Parles moi, parles moi, parles moi de lui
Est-ce sa voix qui te fait vibrer ?
Pourquoi vascilles-tu sous ses baisers ?
Ai-je encore une chance de te garder près de moi

Parles moi, parles moi de lui
Dois-je me battre pour conserver ton amour
Ou as-tu déjà tiré un trait rouge pour toujours
Je ne peux pas le croire qu'on en soit déjà là, sans retour

Parles moi de lui
N'oublies pas de me dire si ça vient de moi
J'ai jamais refusé de changer pour toi
Maintenant que tu m'as fasçonné tu t'en vas, parles moi

Parles moi de lui
J'ai pris le temps de m'asseoir près te toi
J'ai même débranché mon téléphone, tu vois
Rien pour nous distraire car je veux savoir pourquoi

Parles moi de lui

(pour marjorie)
Frédéric COTTA (poete-fada)
04/11/2007
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

3 nov. 2007

Excuses-moi

Je voulais venir m'excuser
Mais j'ai tant de choses à te dire
Je voudrais pouvoir me tromper
Mais je sais que je ne peux mentir

Je ne suis pas des plus doués
Et j'écris ces quelques lignes
Pour te dire combien je suis désolé
De m'être laissé séduire

Ton sourire m'a envouté
Dès nos premiers regards
Je me suis tû à en crever
Mourir de ne rien dire pour te voir

Chaque seconde que j'ai passé
Avec toi et sans le vouloir
M'ont quelque peu rapprochées
De ce triste sentiment illusoire

J'ignore tout de ton passé
Comme tu ignores le mien
Ton futur j'aurais aimé combler
Mon ton coeur est déjà bien loin

Je voudrais venir m'excuser
Mais je risque d'en rajouter encore
Pour rien au monde je ve veux troubler
Ce sourire qui m'attends aux aurores.

(pour Marjorie)
Frédéric COTTA (poete-fada)
03/11/2007
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

25 oct. 2007

Hi baby

Hi baby
On any time I call you on the phone you know that I need to talk to someone
thats when I'm going deep into my mind and I dunno howto make my ideas clearer
This time again I call you on the phone, in my mind 'cause we both know there is no-one,
I'm wondering to find someone to give all this love inside of me
I'm wondering to share my feelings, my desire and my melodies
Who knows where I could find you, who could help me in this way too

On any time I call you on the phone you know my head is bleading,
needing someone to be friend, to be closer and to love,
I can't focus my interest on somebody cause I am fool
And I know that I really need someone special
I think I will never find the way I am wishing her too much
Is there a place to see, a place to know, I dunno.

On any time I call you on the phone I wonder you have good news for me
To say that you've found the one, the purest I wonder have for me
Even if I know deep inside of me I'll never find the one I really want
Cause everybody's know I'm fool and loving another one deepeastly
The way I do love is really a fullish way. I couldn't stay more than a day without her
Is she somewhere close or far, I dunno 'cause I'm a fool

On any time I call you, you'd be there for me
Can you tell me where she is and what's she expects me
I'd like to give all this love and tenderness inside of me
It's a shame to waste my time once and once again with women that don't care about me
That don't know who I really am and don't understand my belief
Is she somewhere, have I lost her ...

I dunno

Frédéric COTTA (poete-fada)
25 octobre 2007


Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

21 oct. 2007

I swear

I swear I heard this melody
That song was telling me
I believe in you and me
What can I say to make it real

I swear I've seen you and me
In my dreams you were loving me
This tenderness we shared
You know I can make it real

I swear that I'm lost without you
Don't you know this is the true
And the trouble you can see
Ya know we need to make it real

I swear I've been waiting too long
Did God forgot me on the road
Couldn't He gives to me
The power to make it become real

I swear I'll be gentle and proud
I swear to be there everynight
I swear I won't deceive you
Ya know we can make it real

I swear to be husband and father
I swear to try to be a good lover
I swear I will do my best
I believe that we can make it real

All I need is just you hand
And the words to say
And the words to say
We'll make it real

(pour marjorie)
Frédéric COTTA (poete-fada)
21 octobre 2007
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

bisou

Ce matin j'ai reçu un bisou
De tes tendres et douces lèvres dans mon coup
J'ouvrais les yeux et ton regard se plongeait dans le mien
Je t'embrassais longuement pour prendre des forces
Un réveil il faut le dire des plus doux
Quoi de mieux qu'un baiser dans le coup
Le soleil s'est levé bien avant nous
Profitons d'un dimanche si doux
J'ai passé ma main dans ton coup
Remontant sur tes lèvres et tes joues
Te caressant le nez puis tes cheveux dorés
J'imaginais pas pouvoir ressentir ça
Tu as pris ma main et a déposé un bisou
J'ai relevé la tête pour atteindre ton coup
Et à mon tour y déposer une floppée de bisous
Voici un réveil tendre et doux

(pour marjorie)
Frédéric COTTA (poete-fada)
21/10/2007
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

16 oct. 2007

Soleil

Soleil dans tes cheveux
Donnent à mes journées un éclat nouveau
Je l'ai vu ce matin
Ce beau soleil radieux et chaud
Lorsque tu t'es levée
Après une nuit en amoureux

Nuit dans ton regard
Quand la lune luit et qu'il est tard
Comme je voudrais bien savoir
A quoi tu penses dans le noir

Belle comme une étoile
Un quartier de lune dans mon ciel noir
Tu as su trouver l'ouvre bouteille
Qui a fait de moi un prince réel

(pour marjorie)
Frédéric COTTA (poete-fada)
16 octobre 2007
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

2 oct. 2007

quelques notes sur un piano

Quelques notes sur un piano
Pour te dire tous les mots
Espérer te revoir
Et attendre fiévreusement le soir

Les autres t'ont déçue
Un coup de vent ils ne sont plus
Et je reste disponible
Guettant un signe audible

Quand tes larmes auront séchées
Viens vite me retrouver
Qu'il fasse beau ou de la pluie
J'attendrais même après minuit

Quelques notes sur un piano
J'ai décrit par tous ces mots
Ce que je ressens pour toi
Cet amour que je ne dis pas

Les blessures que tu as au coeur
Je connais toutes ces erreurs
J'attendais de te trouver
Pour à nouveau espérer

Quelques notes sur un piano
Quelques baisers sur ta bouche
Pour te dire tout cet amour
Je n'ai que ces quelques mots

Frédéric COTTA (poete-fada)
02 octobre 2007
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

Pourquoi me changer ?

Pourquoi remuer mon passé
Mes parts d'ombre rayonnent dans mes silences
Pourquoi remuer les remords
Au lieu de profiter de la vie

Pourquoi chercher qui je suis
Pourquoi chercher d'où je viens
Alors que tu possèdes
Et ma force, et mes biens

Pourquoi vouloir me retenir
Alors que je n'ai nulle envie de partir
Pourquoi faire cette laisse invisible
Là où je vais, tu ne risques rien

Pourquoi chercher à me changer
Tous ces défauts que tu aimes tant
Pourquoi vouloir une guerre
Là où il n'y a qu'amour et paix

Frédéric COTTA (poete-fada)
02 octobre 2007
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

1 oct. 2007

état des lieux

Etat des lieux de mon coeur cassé
Lassé des guerres qui ne finissent pas en paix
Envie toujours de voyage et rencontrer
Imaginer à nouveau deux coeurs enflammés
Ne plus être seul à contempler
Vouloir être accompagné
Sentir les doux parfums de l'été
Redouter les vents glacés
D'un coeur trop longtemps esseulé
Etat des lieux de mon coeur cassé
Epuisé d'avoir tant bataillé
Sans jamais avoir retrouvé
Tant de cette complicité oubliée
Tant de baiser volés
Tant de nuits solitaire
Je n'ai jamais su trouver
Un amour pur et vrai
Etat des lieux d'un coeur cassé
Brulé de trop vouloir aimer
Brulé de trop de passion déchirées
Brulé de ne plus être enlacé

Frédéric COTTA (poete-fada)
01 octobre 2007

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

je demande une pause

Le coeur arraché et jeté aux aiglons
Les lionnes sont là pour manger mes restes
Je ne sais plus où fuir ni que faire
Pour protéger encore le peu qu'il me reste
Poursuivi, harcelé, mentir ou finir fusillé
Je n'ai pas de repos mais je ne suis pas guerrier
Je n'ai pas de repos ni de jour chômé
Chaque fois que je veux y croire je suis condamné
A perdre un peu d'espoir mais sans hésiter
J'avance dans la vie, même à reculons
Parfois je me dis qu'arrêter serait bon
Mais si je cours je me fais rattraper
Et même si je suis sourds je ne peux pas parler
De cette litanie qui me terrifie
De celles que j'aurais aimé avoir dans mon lit
Il y a des jours avec et des jours sans mais
Sans arrêt des questions je dois me poser
Je suis sur d'une chose c'est de ne rien savoir
Et chaque jour qui passe m'enlève un peu d'espoir
Je rève de pleins de choses mais je n'ai pas les moyens
Un peu comme si devant la vitrine j'étais éthiopien
Je meurs d'amours mais à chaque fois je reviens
Sinon le coeur brulé serait déjà loin
Je rève d'une famille enfin à moi créée
D'une petite pause dans ma course effreinnée
De cette vie de fauve qu'il me faut mener.

Frédéric COTTA (poete-fada)
01 octobre 2007
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

9 sept. 2007

ce soir je t'écris

Ce soir je t'écris je voudrais te dire
Tu me manques tant que j'en peux plus de souffrir
Biensur j'ai promis je n'ai pas mon mot à dire
Depuis que tu t'es mise avec lui

Mais je voudrais t'avoir contre moi
Te serrer si fort ne pars pas
J'aimerais que le temps s'arrête un peu sur moi
Je souhaiterai t'avoir un peu pour moi

Si tu savais les efforts que je fais
Pour ne pas me trahir
Et parfois c'est dur de te voir jouer
Mais je ne peux rien te dire

Tu as laissé mon coeur en chemin
Tu n'as pas glissé dans mes draps
Et tu es partie bien trop loin
Bien trop loin de moi

Mais finalement je veux que tu saches
Que ça me démange dedans
Que j'ai envie de toi chaque fois
Que tu viens sur ma messagerie

Je voudrais que tu me surprennes
Que tu lises ces quelques mots
Pour une fois j'aimerai que tu comprennes
Ce qu'il y a dans mes silences

Ce soir je t'écris je voudrais te dire
Que ma vie sans toi n'est rien
Mais croiras tu à ces délires
Poussés par le coeur d'un gamin

Frédéric COTTA (poete-fada)
09 septembre 2007

(pour toi hanaou)

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

8 sept. 2007

I deeply loved you

I deeply loved you
And even if no one understand
I'm glad for you today
Because you finally found a love that is real and true

I deeply loved you
When we were in childhood
I was a knight riding a horse with you
Don't you remember all those joy we shared

I had forgotten all those memories
Until your mum gave me old photos
I had forgotten how we were happy
Before darkness came to blind the sun

I had forgotten but now it's clear
You are with him, happy at last
You can be sure, I will hold my words
That I'll respect the choice you made

And for his kid inside of you
And for the friendship we have together
I had forgotten but for me it's clear
All this love is because you are my sister

Frédéric COTTA (poete-fada)
8 septembre 2007
(pour cécile)
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License


4 août 2007

Déconvenue

Je me suis mis à découvert
Et on m'a tiré dessus
Il n'y a rien que je puisse faire
Mon coeur saigne je suis foutu

En pleine guerre des nerfs
J'essaye de rester fier
Je sais pas ce qu'ils peuvent faire
Pour tenter de me garder

Même si je le savais
J'ai quand même voulu tester
Essayer de te séduire
Te faire partager ma vie

Même si tu m'as donné
1 000 raisons pour m'esquiver
Je voulais avoir la fin
Pour ne plus y penser

J'y ai cru un instant que
Je pourrais y arriver
Te convaincre d'être à moi
Me convaincre d'être à toi

Tu ne me laisses pas le choix
Cet amour moi seul y croit
Tu n'as fait aucun geste
Pour me dire de rester

Chacun part de son côté
Il n'y a aucun regrets
Personne ne perds ni ne gagne
Voici la ligne d'arrivée

Je voudrais aller en arrière
Ne pas prendre de balle perdue
Réciter une prière
Oublier ma déconvenue

Frédéric COTTA (poete-fada)
04 août 2007
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

31 juil. 2007

Tu me manques

Tu me manques,
Depuis ce matin je ne fais que penser à toi
Tu me manques,
Comme jamais avant je n'avais vécu cela
Tu me manques
Si seulement je pouvais être dans tes bras
Et consommer encore un peu de toi

Tu me manques
Depuis cette nuit où je t'ai enfin dit
Tu me manques
Tout ce ressenti qui vient et m'étoudit
tu me manques
Si seulement nous pouvions être au lit
Pour continuer et finir notre nuit

Tu me manques
L'odeur de ta peau chaude contre la mienne
Tu me manques
Et ce faux tempo où souvent tu m'entrainnes
Tu me manques
Comme si sans toi mes journées étaient vilaines
Tu es celle qui brille au fond de mes veines

J'ai tellement hâte d'être à ce soir
Où tous les deux nous serons dans le noir
Où enfin je pourrais t'avoir
Te serrer contre moi et chanter tout bas

Tu me manques
A chaque pas je me dis fidèle
Tu me manques
Et même si parfois je regarde les demoiselles
Tu me manques
Je sens comme un sentiment d'iréel
Rejoins moi vite et passons au réel

Frédéric COTTA (poete-fada)
31 juillet 2007
(pour hanaou)
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

26 juil. 2007

si peur et si froid

J'ai si peur et si froid comme dans ton coeur car tu n'es plus là
Je résiste aux douleurs et j'existe entre deux couleurs
Je rève parfois de pouvoir te parler librement
Comme avant

Toi tu n'es plus là pour guider mes pas
Je révise mes gammes et tous mes choix
Tu me manques chaque jour un peu plus
Même si j'essaye de penser au futur

Devant eux je fais comme si
Devant eux mais je n'oublie
Rien de ce que tu m'as appris
Tes actions marquent ma vie

Je prends mon temps pour écrire ces quelques lignes
Je ne voudrais pas qu'elle les fasse souffrir
J'aimerai t'entendre encore
J'ai besoin de toi mais tu es mort

Même si j'essaye d'être heureux sans toi
Il m'arrive souvent de penser à toi
A ces instants passés où tu étais là
J'ai eu de la chance de t'avoir pour moi

J'ai si peur et si froid de te savoir si loin
Dans un pays que je rejoindrai un matin
Mais avant de venir me joindre à tes côtés
J'ai envie de vivre ou du moins essayer

Frédéric COTTA (poete-fada)
26 juillet 2007
tu me manques, pépé


Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

29 juin 2007

je rève

Laisse moi reposer au fond, entrer dans ton corps encore, y rester pour un long moment d'effort.
Laisse-moi sentir ton parfum, la sueur qui coule à flot, l'énergie de nos matins et l'odeur du lait chaud.

Je rève, je vis d'être avec toi et finir mes nuits glacées entre tes bras
Je rève, de me réchauffer en toi, pleins de mystères, nos passions et nos joies

Donne moi ce plaisir, quand je voies flou, je t'offrirais tes désirs malgré nous.
Donne moi cette force que je vais puiser en toi pour affronter ce monde féroce, j'ai tant besoin de nous

Je rève, je suis à genoux et tu me relèves, un baiser entre nous
Je rève, d'un jour où je dis nous et puis d'une étincelle, je cries et je perds tout.

Je rève ...

Frédéric COTTA (poete-fada)
29 juin 2007

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

9 juin 2007

J'ai tant besoin

J'ai tant besoin de tes doigts contre moi
Quand tu froles mes cheveux puis mon coup
Que ton sourire me met à genoux
Je n'ai que l'envie de prolonger entre nous

J'aime quand ta bouche douce frole mes lèvres
Quand tu descend doucement et que tu m'achèves
Si demain je devais retouver l'Eternel
Je pourrai bien lui dire je ne veux qu'elle

Et quand ta peau mouillée par l'effort
De la chaleur qui brule entre nos corps
Je t'aime, je t'aime, je t'aime encore plus fort
Et j'essaye de ne pas briser ton corps

J'ai tant besoin de tes doigts contre moi
Quand ils glissent et que tu ne contrôle pas
Quand soudains tu pousses des soupirs
Et que la nuit n'est plus que de désirs

Puis quand le matin enfin je me lève
Et que j'ai ce sourire au bout de mes lèvres
Que je fais chauffer ton café
Et que tu viens te blottir à mes côtés

Frédéric COTTA (poete-fada)
09 juin 2007
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License


1 juin 2007

Ma maison a besoin d'un coup de peinture

Ma maison a besoin d'un coup de peinture
J'ai essayé le bleu, le jaune mais rien n'y fait

Ma maison a besoin d'un coup de peinture
La vie est noire quand rien ne me plaît

Ma maison a besoin d'un coup de peinture
et le blanc n'est pas ma couleur préférée

Ma maison a besoin d'un coup de peinture
Le gris ne me combleras jamais

Ma maison a besoin d'un sérieux coup de peinture
Choisis donc celle qui te fera vivre à mes côtés

Frédéric COTTA (poete-fada)
01 juin 2007
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License


22 mai 2007

J'aimerais ...

J'aimerais tant écrire ces lignes
Comme si je t'avais trouvé
Mais la brume cache ton sourire
Et dans mes larmes tant de regrets

J'aimerais tant écrire ces lignes
Pour que tu découvres ce que je sais
Le jour où le soleil brillera
Evaporées les larmes car je t'aurais trouvé

J'aimerais tant écrire ces lignes
Pour pouvoir te rapprocher
Comme si d'une baguette magique
Tout à coup tu apparaissais

J'aimerais tant écrire ces lignes
Pour t'expliquer comme j'aimerai
Être nu, sans défenses dans tes bras
Sentir ta peau se blottir contre moi

J'aimerai tant écrire ces lignes
Pour démontrer ce que je suis
Pour me livrer tout entier
A toi, être enfin épanoui

Frédéric COTTA (poete-fada)
22 mai 2007
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

7 mai 2007

Stay

You are the one that gives me light when I'm dark
And without you I couldn't live a day apart
I believe in all I say when I swear I love you
And all I need to growth it is just you

Stay a day, stay a night
Let me give you sun in your heart
Stay with me a little more
Even when business day is back

You are the one that gives me light when I'm dark
And for you I would give anything I have
Even if this story won't be crowned of success
Just give up to me your heart and let it begin

Stay a day, stay a night
Let me give you shivers in your skin
I believe in you and I
I wan't to get laid close to you

You are the one that gives me light when I'm dark
You make me feel as a king but I'm chained to you
I wan't to keep this feel as long as I can live
Let me tell you how much I care

Stay a day, stay a night
Stay with me 'till the end of the time
Stay a year, a decade
All I wanted is in you and I don't want to loose that


Frédéric COTTA (poete-fada)
07 mai 2007

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License


J'ai trop dormi

J'ai trop dormi
Reposé sur mes lauriers tressés de lierre
J'ai trop dormi
Je suis resté trop longtemps à penser à toi

Je veux me réveiller
Ne plus t'avoir dans ma tête, être libre de toi
Je veux me réveiller
Dans les bras d'une autre plutôt que dans le lit froid

J'ai trop dormi
Essayant de comprendre pourquoi j'ai failli
J'ai trop dormi
Mais mes regrets n'y changent rien, tu es partie

Je veux me réveiller
Et boire à nouveau les paroles d'une autre
Je ne veux me réveiller
Et à nouveau découvrir le corps d'une autre

J'ai trop dormi
Pensant à ce que je ratais pendant que tu faisais ta vie
J'ai trop dormi
Reposé sur mes lauriers tressés de lierre

Je veux me réveiller
Oublier le mal que tu m'as fait et m'ouvrir à nouveau à l'amour
Je veux me réveiller
Croire en une autre histoire, ne plus dormir et vivre, enfin

Frédéric COTTA (poete-fada)
07 mai 2007

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License


2 mai 2007

Still searching ...

I've been searching a long
for something I can't get
I've been fooling myself
destroying true stories

I've been searching a long
For those feelings I had in my head
None can fullfill me
As it's so intense in my heart

I'd like to find someone
That would give me
All I couldn't get
All I've been searching

I've been searching a long
for something I can't get
I thought I was repairing myself
but I was destroying my heart

Frédéric COTTA (poete-fada)
02 mai 2007

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License


4 avr. 2007

J'ai envie de toi

J'ai envie de ces instants où tout se passe et rien ne bouge
J'ai envie intensément de te serrer contre moi
Je voudrais partager chacun de mes moments avec toi
Et ne plus te quitter, être en vie avec toi

J'ai envie de t'aimer bien plus fort de jours en jours
Je crois en notre histoire, je crois en notre amour
J'ai eu du mal à te trouver mais tu te tiens droite devant moi
Je voudrais te donner tout cet amour que j'ai en moi

J'ai envie de t'aimer plus fort que toutes les autres
Quand je suis tombé, KO et sans retour
Quand j'ai cru mourrir d'amour et me relevais chaque fois
Jours après jours, blessures après blessures

J'ai les bras ouverts pour toi, sauras-tu t'y enfermer
Être privée d'une liberté que tu as su conserver
J'ai besoin de te sentir tout le temps à mes côtés
Pouvoir te retenir, chaque matin te garder

J'ai envie de t'aimer plus fort encore que l'espoir
Je veux serrer ton corps contre moi du matin au soir
Peu importe celles que j'ai cru aimer
C'est toi qui me rend enfin moi

J'ai besoin de ta présence chaque soir quand je rentre
D'une journée harassante, quelques mots, quelques sourires
Je te promets d'être là chaque fois que tu me voudras
Et de te laisser respirer quand tu ne me voudras pas

Frédéric COTTA (poete-fada)
04 avril 2007

Ce document est protégé par un contrat Creative Commons :

Creative Commons License


3 avr. 2007

All I know (is that) I love you girl

I don't know whether I'm great or dead
whether to laugh or sulk
whether I am a foul or tender
All I know I love you girl

I don't know whether to cry or scream
whether I am big or small
I don't know if this is just a dream
All I know I love you girl

I don't know whether I'm cold or hot
What inside you I like the most
I don't know if I can change myself
All I know I love you girl

I don't know whether I am happy or sad
Whether I know you or I don't
Whether the sun is shining or the night is dark
All I know I love you girl

'cause you're the sunlight in my life
'cause you are the one that makes me smile
'cause you are the moonlight shinning
in the darkness of my night

'Cause you're the one that makes me feel proud of what I am
And none before you gave me this sensation of wellbeing

I don't know where is my home
but I know that you'll stay by my side
So I can face it all again
And all I know I love you girl

I love you girl

Frédéric COTTA (poete-fada)
04/04/2007

Ce document est protégé par un contrat Creative Commons :

Creative Commons License


Never Alone Again

I'm fed up of being alone, alone
and I'm gonna catch the girl next door
I've been searching a long, a long, a long
For you and now I got you I'll never let you leave

This been a long time I've been searching for you
Where were you all those years I dunno and don't want to
I've cried a lot of been so sad and alone
But now you're there you're the sun of my soul

I believe I can be your guy
A kind of guide to give you better life
Let me tell you all I'm inside
my head is boiling of all those dreams I've done

I'm fed up of being alone, alone
And I'm going to catch the girl next door
Will it be you ? I am wondering
But now I know I'm gonna live


I can give you all the love you need
And couldn't find in all the men you did
I'll do my best to help realize your dreams
But I need conquer you heart before all this can be


Frédéric COTTA (poete-fada)
03 avril 2007

Ce document est protégé par un contrat Creative Commons :

Creative Commons License


25 mars 2007

Tu m'aimais avant que l'on se croise

Tu m'aimais avant que l'on se croise
Et d'un sourrire tu m'as mis en extase
Puis ce fut un coca près de la canebière
D'où nous avions la vue sur la bonne mère

Dès le premier jour, j'ai pris ta main dans la mienne
Et en quelques instants je savais que tu serais mienne
Dès ce premier jour, je t'ai désiré hardament
Et il me fut difficile de cacher ces sentiments

Dès la première nuit passée ensemble
Dans mon coeur, dans mon âme, je brulais de te prendre
Je voulais te chérir et t'aimer jusqu'au dernier jour
Dans ma vie, il n'y a que toi mon amour

Je t'aimais avant de te connaître
J'en avais vu d'autres et peut-être
Que les tourments qu'elles ont su m'apporter
N'étaient que des prémices à tes tendres baisers

Je voudrais te donner le monde
mais tu devras te contenter de mon coeur
Sauras-tu en prendre soin ?
Comme de toi je vais désormais prendre soin

Frédéric COTTA (poete-fada)
25 mars 2007

Ce document est protégé par un contrat Creative Commons :

Creative Commons License


3 mars 2007

Let me love you the way I'd like to be loved

Let me love you the way I'd like to be loved
Let me get you into a dream where love is all we need
Let me give you my heart, my body and my soul
Let me take you into a dance that would never end

Let me love you the way I'd like to be loved
Let me be your guide into the darkness of my mind
Let me take your hand to explain how I want to be touch
Let me explore you and feel your shirvers when I touch your skin

Let me love you the way I'd like to be loved
Let us have a week day where we could stay along together
Forget the rules, forget the world
And give me your skin so we can stand in love together

Let me love you the way I'd like to be loved
with no other to take my heart away from you
Let me prove you that I belong to you
As we dance all night long together in silk cloths

Let me love you the way I'd like to be loved
follow deep inside my mind my glory and faith
Be my guide thru my hope and my fears
Give me a hand when I am down

Frédéric COTTA (poete-fada)
03 mars 2007

Ce document est protégé par un contrat Creative Commons :

Creative Commons License


11 févr. 2007

Désormais je respecterai leurs choix

Il y a des choses que j'oublie pas
Je ne dis rien, j'encaisse mais j'oublie pas
Je fais comme si tout allait bien pour pas qça svoit
Il y a des choses que je ne veux pas
Car la famille c'est sacré ça se néglige pas
Jronge mon frein depuis longtemps mais je ne le disais pas
Il y a des choses que jpardonne pas
J'ai pris le temps de peser le pour le contre et estimer les dégats
Il y a des moments où des décisions doivent se prendre
Il ont fait un choix et désormais j'entends le respecter
Il faudra bien qu'un jour ils arrivent à comprendre
Qu'il y a des choses que ne peux pas laisser passer
ça mfou la haine car je les aime mais jpe pas me défiler

Frédéric COTTA (poete-fada)
11 février 2007

Ce document est protégé par un contrat Creative Commons :

Creative Commons License


10 févr. 2007

What have I to do to make you love me ?

What have I to do to make you love me ?
How can you be blind and careless ?
I would like to be like sugar in your coffee
And as sweet as the perfume that you wear

They ain't nothing in the world I wouldn't do
Just ask the moon from me to gain it
I would like your eyes to take a look at me too
Deep inside my heart I've been waiting for you

What have I to do to make you love me ?
How can you be so cold inside your heart ?
Are there untold stories you would prefer forget
I am not the one that will make you suffer

They are many things we have to discover
Do you like to sleep on week-ends ?
As you know my past time is writing some texts
And I am willing to give you a chance

What have I to do to make you love me ?
Is there something in me that you dislike ?
You have to know that I am stronger that it seems
For you I would give my heart and my life

Frédéric COTTA (poete-fada)
10 février 2007

Ce document est protégé par un contrat Creative Commons :

Creative Commons License


9 févr. 2007

je voudrais faire quelque chose ...

Je voudrais tant faire quelque chose
Pour ne plus te voir pleurer
Te faire rire, sécher tes larmes
Mais les miennes ne sont pas encore asséchées

J'aurais aimé que la vie ne t'enlève jamais ce sourire
Que tu avais sur les photos quand tu étais une enfant
J'aurais aimé que vous ayez tjs ce rire sur vos lèvres
que jamais la vie ne vous l'enlève

Mais la vie est cruelle
Et le plus dur sur cette terre
C'est d'y vivre chaque jour
Et de combattre la folie ambiante

Je voudrais tant faire quelque chose
Pour savoir comment te consoler
Te prendre dans mes bras ne suffit plus
Pour pouvoir te ressourcer

Te faire rire, te faire danser
Te faire aimer la vie
plus encore que le souvenir cruel de la mort
Qui emporte ceux qu'on aime les uns après les autres


Pour Leslie, pour Fabien et pour toutes celles et tous ceux qui ont perdu quelqu'un :(
Frédéric COTTA (poete-fada)
06 février 2007

Ce document est protégé par un contrat Creative Commons :

Creative Commons License


1 févr. 2007

Miss You Grand'pa

You know, I would give anything to make people understand
How I feel in these day, following my memories
Searching for myself,
Lost in this planet where I feel alone and marooned

You know, I would do anything to make the others touch
What there is inside me and what my heart desire most
I would give all I have if it could help me
But it hurts so much

Obviously I would like you to stand here right by me
Saying to me I'm wrong and how this life is so beautiful
How I must be strong to help and cure people around me
But you ain't there yet

I feel lost without you grand'pa
You leaved me alone, sad and none can't know what is in my mind
Someday I forget then it comes stronger and stronger again
I could cry during night and days thinking you ain't there yet

And then comes my memories, strangled by my sobs
When I was younger and you were alive
And in my mind the rain returns
Covering the the coffin from the red flag and white roses


I miss you grand'pa

Frédéric COTTA (poete-fada)
01 février 2007
Ce document est protégé par un contrat Creative Commons :

Creative Commons License


18 janv. 2007

Si tu m'avais fait confiance

Si tu m'avais fait confiance
Et que nous avions pris un moment
Loin de toute inconscience
De batir nos vies en prenant le temps

Si tu n'avais pas fui au loin
Où même ma vue ne peut aller
Où ta peau je ne peux sentir
Et d'où tu ne peux me voir grandir

Tout ce que j'ai dit est vrai
Quand "je t'aime" je te disais
Quand dans mes bras je te prenais
Et que ton amour je voulais

Tout ce que j'ai fait est vrai
Quand dans tes yeux je me risquais
Quand de tout mon être je te désirais
Tout en freinant mes hardeurs des deux pieds

Si tu m'avais fait confiance
Alors nous serions encore ensemble
Et cet amour que je voulais te donner
Serait plus grand encore

Si tu m'avais fait confiance
Que tu m'avais donné ton coeur
Comme je t'ai donné mon âme
Alors notre amour serait comblé

Frédéric COTTA (poete-fada)
18 janvier 2007
Ce document est protégé par un contrat Creative Commons :

Creative Commons License


14 janv. 2007

repentance

Tout ce que je peux pas dire
Pour ne pas ternir mon image
Tout ce que les autres ignorent
Car je veux paraître sage

Tout ces instants que j'oublie
Ou que j'essaye d'oublier
Comme si c'était un autre
Et moi je ne peux pardonner

Toutes ces bétises que j'ai faites
Pour apprendre qui j'étais
Aujourd'hui je regrette
Mais le miroir renvoie le passé

Ce miroir qui brise
Cette image que je veux donner
Dans ma tête tout s'aiguise
Pour mieux me condamner

Car je suis à la foi coupable, juge et victime
Coupable de mes erreurs
Victime de celles des autres
Et avec terreur, juge de moi même et des autres

Je voudrais demander pardon
A celles et ceux que j'ai fait souffrir
Mais comment demander pardon
Quand je ne peux pardonner ni à moi-même, ni aux autres


1Frédéric COTTA (poete-fada)
4 janvier 2007
Ce document est protégé par un contrat Creative Commons :

Creative Commons License