blog des textes de poete fada (frederic cotta)

22 août 2001

White Guy Can be Bad Guy Too

Yesterday, I opened up the tv and then I discovered a tv show where
people were saying that negros and arabics were responsible of the diseases of the society. What I would like you to understand is that white guys can be bad guys too.
That's why I'm writing this song today and I believe people will understand.
White guys can be bad guys too when they drive their fancy car
with 2.5 and more alcool in blood. White guys can be bad guys too,
bad guys too, bad guys too
when they are President of the United States of America
and he is versus abortion and would like to create new nuclear and bacteriologic weapons.
White guys can be bad guys too
when they little kids buying cigarettes or getting them into wars.
White guys can be bad guys too, bad guys too, bad guys too.
Repeat after me :
White guys can be bad guys too,
bad guys too,
bad guys too.
Once again ?
White guys can be bad guys too,
bad guys too,
bad guys too.
Come on all of you,
White guys can be bad guys too,
bad guys too,
bad guys too,
White guys can be bad guys too,
bad guys too,
bad guys too,
bad guys too,
bad guys too.
But this ain't a song just to say that White people can do bad things ...
They aren't all like this as Blacks or Arabics or Asiatics or Martians are not like that.
There are good people and others. Anyone of us is abble to make suffer.
All the difference is : can I do something else than making you suffer ?
If the answer is yes,
do anything you can not to make the others suffering.
Bye bye all, have a nice night and don't forget White guys,
Black guys, Asiatic Guys, Arabic Guys,
Everyone can be bad guys too,
bad guys too,
bad guys too.

Frédéric COTTA (poete-fada)
22 Août 2001
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

12 août 2001

Je pars

Je n'aurais pas cru voilà quelques mois
Te plaquer comme jme suis fait plaquer quelques fois.
Je ne pensais pas que cela pourrait m'arriver à moi
Mais c'est la fin d'une histoire.
Je ne regrette rien et espères que toi non plus.
Nous avons vécu tant de choses importantes.
Nous ne savions pas trop combien de temps,
Tout cela tiendrait;
C'est le mythe de l'amour une fois de plus bafoué
Je sais, que j'y ai mis les formes pour pas te faire pleurer.
Surtout n'en veut pas à personne et n'ayons aucun regrets
Tout ce qu'on s'est dit, je sais que nous le pensions
Mais il y a forcément un moment où tout doit s'arrêter.
Notre amour ne pouvait pas durer éternellement.
Nous n'étions tous les deux pas fait pour ça visiblement.
Si je n'ai aucun reproche à te faire, tu le sais pourtant.
Ne pleure pas trop sur notre amour, il a eu son temps.
Et même si j'ai du mal à te laisser dans la nuit noire,
Je sais que tu te relèveras sans avoir trop mal.
Un jour, tu rencontreras, peut être même avant moi,
Cet amour si fort et pur que attends déjà.

Et je pars, pas trop loin
Je change de direction,
Je prend un autre chemin.
Ne m'en veut pas trop,
Et n'ai pas trop de chagrin
Car notre amour nous l'avons vécu
Pour notre bien.

Frédéric COTTA (poete-fada)
12/08/2001
(merci isa)
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

11 août 2001

Je donnerai mon royaume

Mon royaume n'est pas bien vaste
Mais je serai prêt à tout perdre
Si seulement je pouvais avoir

Ce que j'ai vu en rève.

Je donnerai mon royaume
Si seulement je savais
Que ce serait suffisant

Et je ne sais vers où me tourner
Dois je partir au loin ?
Recommencer ma vie, tout recommencer ?

Je donnerai mon royaume
Si je pouvais être exhaussé
Par je ne sais quel Dieu ou quelle bonne fée

Je donnerai mon royaume
Et tous ce que je possède
Car tout cela est vain

Si je ne t'ai pas

Être père serait ce petit bonheur
Que je voudrai tant réaliser
Et pour cet objectif, je voudrai tout donner

Biensur pour cela certains dirons
Qu'il faut déjà trouver compagne
Celle qui acceptera de me donner raison.

S'il le faut pour être celui
Qui t'offrira mon nom
Mon enfant, je rève de toi assez souvent

J'espère que je pourrai éviter
Les erreurs du passé,
Être le père que j'ai toujours révé d'avoir.

Je donnerai mon royaume
Et tous mes biens
Ma fortune n'est rien

Si tu n'es pas là

Être tendre et doux quand t'auras besoin de moi,
Être celui qui grondera quand tu ne sera pas sage.

Je donnerai mon royaume (ad lib)

Frédéric COTTA (poete-fada)
11 août 2001
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License