blog des textes de poete fada (frederic cotta)

29 sept. 1999

La seule qui me plaît

Même si au fond de moi, je sais que tu as raison
Ma petite voix, ma très chère raison
Je sais qu'je devrais me dévergonder
Et utiliser pleinement ce que la nature m'a donnée

C'est vrai que je suis certes pas le plus beau
Mais je suis surement pas le plus laid
Et si seulement je pouvais oser
Dire ces profonds sentiments

Aller là où tout serait différend
Je changerai tout autant que le temps
Je troquerai mon habit noir de moine
Pour celui étincellant d'une star de ciné

Je n'irai pas jusqu'à hurler mes sentiments
Et peut être oserais je m'avancer
Dire à cette fille aux cheveux étincellants
Tu es la seule qui me plait

Frédéric COTTA (poete-fada)
29 septembre 1999
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

4 sept. 1999

Je n'ose pas

Si seulement je pouvais dire les choses qui me passent par la tête
Si seulement je pouvais arréter cette fille dans la rue et lui dire « je vous aime »

Il me semble manquer de courage et de paix à ce point de vue
Si seulement j'osais courir après ce bus qui l'emporte

Du bas fond de mon âme, je ne souhaite pas fermer la porte
A toutes nouvelles rencontres qui m'attendraient dans la rue

Oui, mais voilà cette fille aux cheveux clair et au regard profond
Je n'ose pas lui dire, n'ose rien lui dire de ces sentiments qui brûlent au fond.

Pourtant c'est si facile quand les autres le font
Et je sais le faire, quand l'enjeu n'est pas moi.

Ma bouche est sèche et mon mon coeur en fonds
Il n'y a rien à faire pour qu'elle comprenne mes émois

Je n'ose pas lui dire cela
Je n'ose pas lui dire cela

Frédéric COTTA (poete-fada)
septembre 1999
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License