blog des textes de poete fada (frederic cotta)

19 mars 2003

Bagdad

La guerre éclate
Les bombes tombent
Et rien ne peut arrêter
La folie meurtrière
Qui tue au loin derrière
La ligne de front dévastée
Et je suis là, sans toi
Avec mes mots pour combattre
L'argent roi
Roi du pétrole de bagdad
La guerre clinique
La guerre cinique
Qui ne fait que commencer
Oppose les riches
A encore plus riches
Mais le peuple ne fait que crever
Et je suis là, sans toi
Pour défendre des droits que toi
Tu t'évertues à détruire
Aucun respect pour rien
Sauf pour les pétrodollar$ de Bagdad
Et au final
Que reste t il ?
De la guerre achevée
Un champ de mine
Des champs en ruine
Et une population affamée
Des ruines millénaires
Et les news de CNN
et le sale fou s'est échappé
Un peuple désarmé
Face à ta grande armée
Sur-entrainée, sur-équipée
Et je suis là, sans toi
Avec mes mots pour combattre
L'argent roi
Roi des pétrodollar$ de Bagdad

Frédéric COTTA (poete-fada)
19 Mars 2003
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

14 mars 2003

Donne moi une chance

Toute ma vie
J'ai poursuivi
Des filles qui te ressemblaient
Avec qui je voulais
Finir ma nuit
A défaut de finir ma vie
Et maintenant tu apparais
Et toute ma vie est chamboulée
Plus de distance
Plus d'inconscience
J'ai envie de rêver à deux
J'ai envie d'être très sérieux
Laisse moi
Au moins une chance
De prouver ce que je vaux
De trouver un peu mes mots
Pour prendre une place dans tes mots
J'ai envie d'être très sérieux
Je voudrais que tu comprennes
Que seulement je voudrais dire

Je t'aime.

Frédéric COTTA (poete-fada)
14 mars 2003
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

12 mars 2003

la guerre

j'ai pris un stylo
devant moi une feuille de papier blanc
Impossible d'effacer les mots qui défilaient
Et que je tenais tant à exprimer

La terreur, l'horreur, les guerres à la télé
Aucun mot ne pouvait décrire cette dure realité
Des mensonges qui ne pouvaient que vous tromper
Ceux qui n'osaient pas affronter la vérité

La guerre, les bombes, les terroristes
Me faisaient une peur bleue
Pourtant je ne pouvais éteindre le poste
Pour savoir par où devait commencer la riposte

Je n'ai pas attendu que tu arrives
Pour brancher le megaphone et donner les consignes
La guerre éclate, partout le sang gicle
Les hématomes remplacent peu à peu les rires sarcastiques

Qu'il est difficile de trouver des solutions pacifiques
Aux envoyés du mal avec leurs missiles tactiques
La guerre est partout, elle se rapproche de nous
Et que pouvons nous faire si nous n'avons confiance qu'en nous

La guerre est là, aux portes de vos maisons
Si personne ne vous réveille quel est votre avenir
Placé sous le joug des personnes pas amicales
Laissés à l'abandon sous un déluge chirurgical

La guerre est là présente dans nos rues
Comment se sortir, où trouver refuge
Il s'agirait vraiment de réveiller
Vos consciences endormies par la télé

La guerre est là, partout elle consumme
Si ça peut rassurer elle nous consummes
Combien de morts encore pour réveiller
La conscience qui dort devant la télé.

Les missiles tactiques et balistiques
Sont là pour tout raser c'est fantastique
Moi qui avait prévu une autre fin pour ma vie
Voilà que maintenant je suis à ta merci.

FFrédéric COTTA (poete-fada)
12 mars 2003
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License