blog des textes de poete fada (frederic cotta)

27 sept. 1993

Prends garde à toi

Toi, qui penses que la rue est à toi
Prends garde à moi (bis)

Toi, vendeur, dealer, cameur
Qui tues les frères et les soeurs
Prends garde à moi (bis)

oh yeah à moi

Toi, voleur, tueur, killer
Qui ne respecte rien, qui vole, qui tue
Prends garde à moi (bis)

Toi, qui laisse crever les gens
Qui ne donne pas un peu de tes millions
Prends garde à moi (bis)

Toi, flic ripoux, pourri, mafiosi
Escroc, vandale, paparazzi
Prends garde à moi
Fais gaffe à moi

Je ne suis pas un justicier
Ce n'est pas mon métier
Mon boulot c'est d'informer
Tous ceux qui peuvent m'aider
à vous démasquer (oh yeahhh)

Toi, savant, géant, méchand
Qui explore, invente de nouveaux armements
Prends garde à moi,
Fais gaffe à toi.

Je ne suis pas un justicier
Ce n'est pas mon métier
Mon boulot c'est d'informer
Tous ceux qui peuvent m'aider
à vous démasquer (oh yeahhh)

Tous ceux qui peuvent m'aider
à vous démasquer (oh yeahhh) (ad lib)


Frédéric COTTA (poete-fada)
09-1993
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

26 sept. 1993

Poème pour une fille

Tes cheveux blonds coupés garçons
Te donne un air, un mauvais air
Tes jolies mains ganté de cuir
me font penser à une panthère

Lorsqu'on te dmande pourquoi tu es comme ça
Lorsqu'on te dmande pourquoi tu laisse tomber les gars
Comme des torchons ou des kleenex
Tu tmets à te marrer.

Tu m'as répondu kc'était ldestin
Qui l'avait voulu, qu'on y pouvait rien
Mais moi jte crois plus je n'en crois rien
Si t'es comme ça, c'est qut'es pas bien

Alors tu sais moi j'ai cherché
Tu me connais j'ai tout fouillé
Et j'ai fini par trouver
Ski t'étais arrivé...

Cet photo d'garçon qui trone dans ta chambre
Et avec qui tu sourries semble m'apprendre
Qu'il est partie avec une autre
Te laissant tomber.

Mais etait-ce bien la seule raison
Qui faisait que tu trompais les garçons
Je ne sais pas car tu n'as plus jamais
Voulu me parler...

Frédéric COTTA (poete-fada)
09-1993
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

18 sept. 1993

Sur un air de blues

Oh, il fait chaud
Oh, qu'il fait chaud

Mais que vois-je là ?
ohh oui, c'est cke je crois

Une superbe fille
S'avance vers moi
Une superbe blonde
J'en tremble déjà (yayayaya)
Elle s'éloigne, le temps se couvre déjà

Oh, le temps change
Mon pire enemi s'avance
"mademoiselle" lui dit il
Elle tombe dans ses bras (yayayayaya)
Il part avec elle (mmm), il a gagné cet' fois

T'en vas pas !
T'en vas pas comme ça.
Ne me laisse pas tout seul
T'as pas ldroit dme laisser là ooooh non (non non non)

Ne me laisse pas tomber
Jvais me mettre à pleurer
Si tu me quittes pour lui
Tu verras c'est le pire
Ne t'en vas pas.

Non non non, t'en vas pas comme ça

Frédéric COTTA (poete-fada)
09-1993
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License