blog des textes de poete fada (frederic cotta)

20 juin 2011

Parti trop tôt

Voilà que j'apprends que tu n'es plus parmis nous
J'ai reçu ces appels comme des coups de massue
Et remontent les souvenirs d'un temps disparu.

Cette classe de troisième où nous nous sommes connus
Tour sainte, le collège où je n'aurais jamais mis les pieds
Si le collège public n'avait pas été aussi dégradé.

Et parmis les souvenirs je retiens nos éclats de rire pourtant si lointains
Quand tu t'es attaché à une chaise durant un cours d'instruction civique
Que j'ai fait l'avocat, plaidé ta cause avant de me faire expulser par une prof neuneu et peu crédible.

Je me souviens aussi de la farine et des oeufs
Dispensés avec joie sur cette prof neuneu
Qu'est-ce qu'on s'était fait engueuler par M. Bara !

Le concert de michael jackson au parc des princes
Notre virée à dysneyland paris
Bizarrement je retiens surtout ce qui nous a construits.

Je me souviens de cet été que tu as passé chez moi
Réfugié politique dans ta vie à ce moment là
Tout comme tu es venu, un soir de Mars 2008 réconforter ton ami

Qui pourra maintenant me comprendre comme je te comprenais
Inséparables à l'époque et depuis non séparés
Que la vie va être difficile sans toi à mes côtés

Mais Je ne pleure pas trop des tristesses de la vie
Ou du moins, je les mets entre parenthèses
Car pour moi tu étais plus qu'un ami, tu étais comme mon frère


Pour David Bonnet
Décédé
Frédéric COTTA (Poete-Fada)

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Creative Commons License