blog des textes de poete fada (frederic cotta)

14 oct. 2012

Marseille

Comme la caresse d'une main chaude sur mon visage
Le soleil inlassable venait réchauffer mon coeur

Je voyais la mer tourbillonnante former des vagues
Tellement de sensations envahissaient mon coeur

Je laissais un instant mes idées vagabondes
Et observait en souriant ce miracle naturel

Le soleil venant rechauffer mon âme féconde
De toutes ces lignes écrites durant mes nuits sans sommeil

La plage une fois de plus amoindrissait mes blessures
Tel ce pacte passé entre le soleil et la mer

Alors que je tournais les talons pour rentrer dans ma rue
Je pensais qu'il est bon d'habiter Marseille