blog des textes de poete fada (frederic cotta)

27 juil. 2003

Bonimenteur

Dans la maison vide
Je reprends mes habitudes d'antan
Peux tu croire
A ces boniments

Laisser tout trainer à terre
Oublier de faire la vaisselle
Peux tu croire
A ces boniments

Ne ranger que le nécessaire
Oublier la boite aux lettres
Peux tu croire
A ces boniments

Te savoir avec un autre
Ne me fait ni chaud ni froid
Peux tu croire
A ces boniments

Qu'il puisse sentir ta peau
Comme je pouvais le faire
Sans que cela ne change rien
A ce qui était à défaire

Te savoir avec lui
Alors que notre lit reste vide
Et ce n'est même pas ça
Qui me tue

Dans la maison vide
Où notre amour est mort
Peux tu croire encore
A ce bonimenteur

Frédéric COTTA (poete-fada)
27 juillet 2003
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

16 juil. 2003

Coule l'encre comme coulent tes pleurs

Coule l'encre comme coulent tes pleurs
Pour expliquer pourquoi tu pleures
Dans les décombres de ta ville
Où tu ne sais plus où dormir

Coulent les mots pour expliquer
Pourquoi sont morts tous ces civils
Pourquoi les armes ont parlées
Pour faire taire ta vie tranquille

Certes le système était corrompu
Certes c'était pas une démocratie
mais au moins dans ta rue
tout le monde était en vie

Coule l'encre comme coulent tes pleurs
Pour exliquer au monde pourquoi tu pleures
Pourquoi les chars ont rasé
la maison de ton passé

Pourquoi les armes ont parlées
Et ce garçon qu'ils ont tués
Avait il lancé des pierres
Sur des tanks pourtant blindés ?

Coule l'encre comme coulent tes pleurs
Pour expliquer pourquoi tu pleures
Pour transformer la résistance
En agression à l'occupant.

Frédéric COTTA (poete-fada)
16 juillet 2003
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

6 juil. 2003

Tout se bouscule

ça se bouscule dans ma tête
Vais je trop vite ?
ça se mélange comme de la vodka
Au plus subtil des jus d'orange

ça se bouscule dans ma tête
Vais je trop vite ?
Espérant conquerir ton coeur
Pour ne plus ressentir cette douleur

être Seul
Sans toi
Sans personne pour me dire
Où est la voie

ça se bouscule dans ma tête
Vais je trop vite ?
Et ces sentiments qui affluent
Dans ma bouche te font ils peur ?

ça se bouscule dans ma tête
Vais je trop vite ?
ça fait pareil que d'aller à fond
Sur l'autoroute A8

être Seul
Sans toi
Sans personne pour me dire
Où est la voie

ça se bouscule dans ma tête
Vais je trop vite ?
ça se bouscule dans ma tête
Vais je trop vite ?


Frédéric COTTA (poete-fada)
06 juillet 2003
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License