blog des textes de poete fada (frederic cotta)

18 nov. 2012

Tout ce temps

Tout ce temps que l'on gagne
un coup de phone et on se voit
un tgv pour se rapprocher
Mais rien pour se parler

Jvoudrais comprendre ce qui nous éloigne
Ces murs que l'on se dresse entre nous
Ces frontières à ne pas dépasser
Comme des limites à ne pas transgresser

Et je pense à toutes ces âmes perdues dans ce monde si froid
Et j'imagine que ces inconnues ont autant peur que moi
Je ne peux pas faire beaucoup plus que dire "salut, comment tu vas ?"
Et si tu ne me réponds plus alors à quoi ça rime tout ça ?

Toutes ces heures perdues sur Badoo, facebook, meetic et autres
N'y a-t-il rien de plus simple qu'un sourire qui répond à un autre ?
À force de baisser la tête dans la rue, elles ne voient même pas
Qu'une fois par jour au moins il y a le sourire d'un pauvre gars.

Et je vois des couples désunis à la moindre désillusion
Faudrait lire les recettes des couples qui sont à l'unisson
Et je vois cette étincelle qui luis encore dans mon regard
Je voudrais trouver celle qui dissipera le brouillard.


Frédéric COTTA (Poete-Fada)
  Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Creative Commons License

14 oct. 2012

Marseille

Comme la caresse d'une main chaude sur mon visage
Le soleil inlassable venait réchauffer mon coeur

Je voyais la mer tourbillonnante former des vagues
Tellement de sensations envahissaient mon coeur

Je laissais un instant mes idées vagabondes
Et observait en souriant ce miracle naturel

Le soleil venant rechauffer mon âme féconde
De toutes ces lignes écrites durant mes nuits sans sommeil

La plage une fois de plus amoindrissait mes blessures
Tel ce pacte passé entre le soleil et la mer

Alors que je tournais les talons pour rentrer dans ma rue
Je pensais qu'il est bon d'habiter Marseille

25 sept. 2012

Méthadone


Tu me manques
Sans doute n'aurais-je jamais le pouvoir de changer ce qui te fait mal
Mais j'aimerais tant que tu retrouves tes esprits et vois ce que tu rates
Si ce n'est avec moi, fonce dans la vie
Cesse de trouver des excuses pour ne pas t'y mettre aussi

Certes ça fera mal
De voir la vérité en face
Tu aura sans doute d'autres écorchures à l'âme
Mais n'oublie pas que tu as été aimée

Moi, j'essaye de respirer mais t'as arraché ce coeur
Dont tu ne voulais pas tant t'avais peur
J'essaye de vivre mais chaque matin j'me lève
Tu n'es plus à mes côtés et mon corps peu à peu en crève

Tu me manques
Telle une drogue
Qui brûle mes vicères
J'ai beau essayer de penser à autre chose tu restes dans ma tête.

Je veux de la méthadone
Ou quoique ce soit
jve pas t'oublier mais j'ai pas le choix
Je voudrais pas revenir en arrière mais ...

J'ai cette folle envie de goûter à nouveau ta peau
J'ai cette folie de croire que tu as tout faux

J'ai aussi la volonté de briser ces silences qui nous entourent
Je veux une dose d'amour
Sentir à nouveau mon corps
S'épanouir au grand jour

Je voudrais qu'il arrive ce petit miracle
Qu'elle serre ma main fort pour pas que je parte
Qu'elle me dise qu'elle m'aime surtout pour mes défauts
Que j'accepte de baisser ma garde à nouveau

Je veux de la méthadone
Ou quoique ce soit
Besoin d'amour pour passer à autre chose
Qui ne me détruise pas.

Je voudrais qu'il arrive ce petit miracle
Que la vie accepte provisoirement de plus m'donner de claques
Je suis las de combattre, besoin de repos
Besoin d'amour et de serrer quelqu'un à nouveau

Sentir son coeur battre quand je la serre
Ressentir son corps trembler
Voir son sourire lorsque j'offre des fleurs
Ecrire à nouveau de l'amour et du bonheur

Je veux de la méthadone
Ou quoique ce soit
Besoin de ptits bonheurs
Pour repartir à nouveau sur des chemins apaisés


Texte de Frédéric COTTA (Poete-Fada)
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Creative Commons License

15 août 2012

Ombres et lumière

Cette année avait bien commencée, avant que ne vienne la penombre
Une lueur d'espoir était née avant que l'orage ne gronde
Le bout du tunel semblait être là, proche
Mais il y avait des cailloux qui allourdissaient mes poches

Enfin j'obtenais celle que je voulais
Je la pensais conquise après avoir franchi toutes ses murailles
Mais entre mes doigts elle glissait tel le sable brûlant
Cet amour que je pensais partagé n'etait donc qu'un mirage

Nouvelle ombre sur un cliché
Des questions restent sans réponse
Un nouveau mal en moi est né
Quelle en sera l'échéance ?

Qu'ai-je donc fait pour meriter les orages, la pluie et le vent qui s'abattent sur ma tête ?
Qu'ai-je donc fait pour que les éléments sur moi se déchaînent ?
Quand te reverais-je soleil radieu ?
Quand inonderas-tu à nouveau ma vie de ta chaleur ?

texte de frédéric cotta (poete-fada)
15 aout 2012

30 mai 2012

Viendra

Viendra le moment où, comme les autres, je te ferais quitter ma vie
Ce sera un peu de ta faute mais un peu de la mienne aussi
Viendra un moment où je ne pourrais plus voir nos corps séparés
Lorsque je n'en pourrais plus, je ne pourrais pas rester
Viendra ce moment que je redoute
Quand au loin s'en iront les doutes
Viendra cet instant où mes derniers espoirs s'eteindront
Aussitôt loin de toi J'irais me morfondre
Viendra un moment où je ne pourrais plus te voir en peinture
Par respect pour nous je t'en conjure
Laisse moi partir
Dis adieux à ce que tu penses être de l'amitié
Je n'ai jamais menti ou triché
Ma seule faute aura été d'avoir tenté de reconquérir
Ce bonheur si imparfait que je pensais acquis

28 mai 2012

Je t'aime

Tu as décidé de séparer nos corps
Je n'ai pas eu le choix il a fallu l'accepter
Mais chaque nuit encore je rêve de mon corps sur ton corps
Chaque jour qui passe me donne cette envie de hurler

Je t'aime comme il m'est interdit de t'aimer
Je t'aime comme on s'aggripe à un rocher
Je t'aime encore plus qu'ils peuvent imaginer
Et tellement plus que je n'aurais jamais pu le dire

Je t'aime non pas parce que tu me repousses
Je t'aime toi et tous tes défauts que tu voudrais cacher
Je t'aime comme J'aimerais être aimé enfin un jour
Je t'aime tellement que je sais pas comment continuer

J'ai cherché à comprendre
J'ai essayé d'apprendre
C'est sûr que je suis loin d'être parfait

Quand je croise ton regard
Je voudrais y croire
Il me semble que tu n'es pas claire dans tes idées

Quand ils sont là tu es froide
Mais quand nous sommes ensemble
Tes gestes ne sont plus les mêmes

Chacune de nos blessures
Chacun de nos murmures
Me donne encore envie de hurler

Je t'aime et ça fait vasciller tes idées
Je t'aime comme tu as toujours voulu être aimé
Je t'aime si fort qu'avec toi je veux enfin construire
Je suis prêt à tout pour conserver ton corps et ton coeur

Je t'aime et j'ai tellement de projets
Je t'aime et c'est avec toi que je veux les réaliser
Tes projets sont compatibles avec les miens
Alors n'hesitons plus et plongeons dans le grand bain

Je t'aime et je suis persuadé
Que tu m'aimes à ta façon sans y penser
Réfléchi bien à ceux que tu as déjà perdu
Pense surtout à ce qu'on peut s'apporter

Je t'aime mais je ne peux pas continuer
Jouer n'est pas le but recherché
Si tu ne fais plus un pas et que tu restes dans ton coin
Tant pis ce que ça me coûtera je m'en irais au loin

18 mai 2012

Possible

Je voudrais tant te retenir
Chaque fois que tu es près de moi
Te donner chaque jour ce sourire
Que tu as quand je suis avec toi

Je voudrais te reconquérir
Ouvrir à nouveau ta muraille
Qui retient tous ces désirs
Complémentaires aux miens

Je voudrais que tu te pardonnes
Et que tu oublies les chagrins passés
Tes remords ne sont mérités par aucun homme
Surtout pas celui qui t'a blessée

J'aimerais fendre cette armure
Faire tomber le pont-levis
Réussir malgré toi à parler à ton coeur
Comme j'y suis arrivé jadis

Je suis convaincu qu'il nous est possible
Cet avenir que tu espères tant
Changer quelques variables est plausible
Si tu y es prête je t'attends

25 mars 2012

Divorcés

Puisqu'il faut que j'apprenne à vivre sans toi
Me passer désormais de tes bras
Dissocier nos deux vies
C'est ce que tu as choisi

Puisque je n'ai pas d'autre choix
Que d'espérer ton bonheur
Loin de moi et de mes doigts
Qui avaient frôlé ton corps

Puisqu'il faut tout solder
Pour pouvoir se revoir vivre
Je donnerai volontiers
Ma place à qui la voudrait

Puisqu'on est divorcés
Sans titre ni droit à rien
Je vais essayer mais ne promets rien
De respecter nos destins

Puisque moi je tiens encore à toi
Mais qu'il faut que je respecte ton choix
Comprends aussi qu'il m'est difficile
De rester à tes beautés impassible.

25/03/2012

Frédéric COTTA (Poete-Fada) Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Creative Commons License

21 mars 2012

Libère moi

Je ne voudrais pas revenir en arrière
Je ne regrette pas une seconde
Maudit soit le sot qui a refermé ton coeur
Il nous a privé de tant de bonnes choses

Je veux rompre le charme
Libère moi
De cet amour qui m'enflamme
Protéges moi

Je veux désormais que tu comptes les minutes
À ton tour
Qu'elles te paraissent aussi longues que les heures
Que j'ai patiemment attendues

Chaque jour qui passe sans toi me semble perdu
Je me suis déjà senti si seul
Si j'avais la clé qui ouvre ton coeur
Je voudrais savoir ce qui lui manque

Je voudrais pourtant me libérer de toi
Puisqu'il n'y a aucun espoir
Ainsi chacun pourrait reprendre sa route
Ouvrir son coeur aux doux hasards

17 mars 2012

Broken

Tell me what are you afraid about ?
My love is pure and my mind is sure
What complaint you got to tell about ?
I'd give anything that would match your heart
I'm not those kind of guy you ever had before
I won't go away after you've been done
Tell me what on earth are you afraid about ?
Maybe you can't be in joy
After all you said you'll leave me alone
Won't I pretend that I'll be alright
As you I'm afraid of being all day long
Left alone in this dark
You asked me to stay in touch and be your friend
Don't you understand I'm not okay with that ?
How can I hide what I feel inside ?
Don't you know you broke my heart ?

Frédéric COTTA (Poete-Fada)
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Creative Commons License

26 févr. 2012

C'est pas comme si

C'est pas comme si tout le monde ne m'avait pas dit de ne pas essayer
C'est comme si je voulais braver l'interdit de ne pas te serrer
C'est pas comme si tes gestes trahissaient ce que tu ressentais
C'est pas comme si d'un simple regard je pouvais lire dans tes pensées

Puis j'ai réussi à t'avoir en chamboulant tous tes projets
J'ai pénétré la forteresse sans avoir besoin de trop forcer
J'ai cru quelques instants que tout allait changer
La porte s'est refermée me laissant seul sur le quai

J'ai cru que j'étais dans ta tête et que tu réfléchissais
D'un avenir commun peut-être allions nous pouvoir parler
J'ai beau avoir cru en ma chance, l'avoir saisie et y croire encore
Je me trompais

C'est pas comme si tous ne m'avaient pas dit de ne même pas y penser
J'ai cru cela possible alors j'ai foncé droit dans le mur
J'ai cru quelques instants que tout avait changé
Les souvenirs qui restent avec tous mes regrets



Frédéric COTTA (Poete-Fada) Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Creative Commons License

25 févr. 2012

C'est trop compliqué

Comment dormir à tes côtés alors que cela ne te fais rien
J'ai tellement envie de te serrer contre moi
Ne plus te lâcher de peur que tu ne partes
C'est trois heures du matin et mon cerveau dérape

Revenu et déjà poussé vers la sortie
Tant de larmes tu as versées je n'y ai rien compris
J'ai beau essayer et je ne comprends toujours pas
Pourquoi un jour c'est chaud et le lendemain c'est froid

Tu me manqueras assurément
Partir est mon seul choix puisque tu n'as pas les mêmes sentiments
Comment dormir à tes côtés si à toi ça ne te fais rien ?
Il te faut un ami gay pour qui tes caresses importent peu

Trois heures du matin et mon cerveau divague
Des milliards de souvenirs que je ne veux pas effacer
Toi qui dort dans ta chambre et moi dans la salle à manger
Partir est la seule solution mais je voudrais rester.

Frédéric COTTA (Poete-Fada) Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Creative Commons License

24 janv. 2012

Comme un rêve qui s'achève

C'est comme un rêve qui s'achève
Un sentiment d'incomplet
Comme une histoire imparfaite
J'avais envie de te garder
Contre mon corps
Près de mon coeur

Ce matin je me réveille
Tu n'es plus à mes côtés
Je t'ai laissé derrière
Ca servait à rien de continuer
Forcer le destin
Parfois c'est trop demander

J'avais pris toutes les mesures
Pour essayer de t'apprivoiser
J'ai pu parfois être dur
Mais c'était pour mieux continuer
Garder nos câlins
Toujours au secret

Mais je n'avais que peu de chance de te capturer
J'ai pourtant mis l'impatience de côté
Tout n'était pas rose
Mais nous avons essayé
Si tout a marché durant un mois
Pourquoi la magie ne se prolonge pas ?

Je conserverai chaque seconde
Comme autant de souvenirs
Je regrette pas un instant
Sauf celui qui m'a vu partir
Lorsque je me suis résigné
à perdre le combat mené



Frédéric COTTA (Poete-Fada)
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Creative Commons License

Ça ne te fera pas revenir

Ça ne te fera pas revenir
Mais j'ai besoin de le dire
Avec toi j'avais la patate
Aujourd'hui suis un clown triste

Ça changera rien
Je voudrais que tu le saches
Aucun instant passé ensemble
Je ne veux que le temps efface

J'aurais beau nier l'évidence
Je t'ai dans la peau
Ton sourire et tes yeux
Manque aussi ta chaleur

Je me sentais bien à tes côtés
Je ne peux le nier
Mais le choix était fait
Ton coeur s'était refermé

Ce qui me rend dingue
C'est d'être sur qu'on fait une connerie
Autant de complicité ne peut se construire
S'il n'y a vraiment rien pourquoi cela nous fait souffrir ?

Ça te fera pas revenir
Mais j'avais besoin de l'écrire
Aujourd'hui le clown triste
A besoin de sa chérie

23/01/2012 07h40

Frédéric COTTA (Poete-Fada) Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Creative Commons License

15 janv. 2012

J'ai perdu mon pti soleil

j'ai perdu mon pti soleil
celle qui faisait crepiter mes yeux
apportait un sourire au reveil
mon coeur se sentait mieux

Franchis tous ses obstacles
Et malgré tout faillir
Finir dans le bac à sable
J'ai pas envie de partir

J'ai perdu mon pti soleil
Celle pour qui j'aurais décroché les étoiles
Je voudrais la garder un instant près de moi
Pour que nos coeurs mettent les voiles

J'ai perdu mon pti soleil
Celle avec qui je voulais passer chaque matin
Je rêve à nouveau de partir loin
Oublier le pti soleil et le creux de ses reins

10 janv. 2012

Je vous ai tant donné

Je vous ai tant donné
Trop peut-être
J'aurais tout accordé
Pour pouvoir être

Aimé à la hauteur de mes attentes

Je vous ai tant donné
Trop peut-être
A en perdre le bon sens
Mais à quoi bon ?

Je vous ai tant donné
Jusqu'à la déraison
Jusqu'à m'ennuyer de vous
Jusqu'à en perdre la raison

Je vous ai tant aimé
Mais n'était-ce suffisant
Pour ouvrir votre cœur
Pour combler un vide si grand

Et tout en me levant
Après ces quelques heures
J'ai envie d'y croire encore
D'aller de l'avant

Aucun chemin n'est facile
Seul compte le présent
Pour ne pas dire dans 4 ans
"Et si ?", "et si ?"

Je voudrais donner plus
Mais l'accepterez-vous vraiment ?
Je voudrais céder d'avantage
Mais à quoi bon ?

S'il vous est impossible
D'oublier le passé
De rendre putrescible
Vos relations manquées

Les souvenirs restent
Mais ne doivent occulter
Que la vie continue
Ne passons pas à côté

Je vous ai tant donné
Mon temps, mon coeur
Mon corps et mes pensées
A vous de décider

Frédéric COTTA (Poete-Fada)
2005 achevé en 2011
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Creative Commons License

5 janv. 2012

Je voudrais

Il y a des fois où je me dis
Faudrait trouver un créneau
Pour pouvoir lui dire
Que je l'ai dans la peau

Mais la vie s'acharne
A nous rendre seul
Sans combler nos âmes
Qui se sentent abandonnées

Il y a des fois où mes nuits
Ressemblent à un désert
J'échangerai ma liberté
Contre un peu de soleil à ses côtés

Je voudrais tant traverser cette frontière invisible
Qui me sépare de ma terre promise
Il y a parfois des regards échangés
Mais rien ne semble vouloir bouger

Parfois nos bouches se touchent presque
Et je voudrais franchir le Rubicon
Oser un baiser romanesque
Pour obtenir mon accréditation

Frédéric COTTA (Poete-Fada)
(préparé en 2008, fini en 2011)

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Creative Commons License