blog des textes de poete fada (frederic cotta)

28 mai 2012

Je t'aime

Tu as décidé de séparer nos corps
Je n'ai pas eu le choix il a fallu l'accepter
Mais chaque nuit encore je rêve de mon corps sur ton corps
Chaque jour qui passe me donne cette envie de hurler

Je t'aime comme il m'est interdit de t'aimer
Je t'aime comme on s'aggripe à un rocher
Je t'aime encore plus qu'ils peuvent imaginer
Et tellement plus que je n'aurais jamais pu le dire

Je t'aime non pas parce que tu me repousses
Je t'aime toi et tous tes défauts que tu voudrais cacher
Je t'aime comme J'aimerais être aimé enfin un jour
Je t'aime tellement que je sais pas comment continuer

J'ai cherché à comprendre
J'ai essayé d'apprendre
C'est sûr que je suis loin d'être parfait

Quand je croise ton regard
Je voudrais y croire
Il me semble que tu n'es pas claire dans tes idées

Quand ils sont là tu es froide
Mais quand nous sommes ensemble
Tes gestes ne sont plus les mêmes

Chacune de nos blessures
Chacun de nos murmures
Me donne encore envie de hurler

Je t'aime et ça fait vasciller tes idées
Je t'aime comme tu as toujours voulu être aimé
Je t'aime si fort qu'avec toi je veux enfin construire
Je suis prêt à tout pour conserver ton corps et ton coeur

Je t'aime et j'ai tellement de projets
Je t'aime et c'est avec toi que je veux les réaliser
Tes projets sont compatibles avec les miens
Alors n'hesitons plus et plongeons dans le grand bain

Je t'aime et je suis persuadé
Que tu m'aimes à ta façon sans y penser
Réfléchi bien à ceux que tu as déjà perdu
Pense surtout à ce qu'on peut s'apporter

Je t'aime mais je ne peux pas continuer
Jouer n'est pas le but recherché
Si tu ne fais plus un pas et que tu restes dans ton coin
Tant pis ce que ça me coûtera je m'en irais au loin
Enregistrer un commentaire