blog des textes de poete fada (frederic cotta)

7 mars 2010

À corps perdu

Quand je te regarde et que tu t'assoies auprès de moi
Je sens mon cœur battre la chamade plus vite à chaque fois
Tu me fais vibrer si fort dès que tu poses tes mains sur moi
Je veux danser encore et serrer plus fort ta peau contre moi

Quand les yeux dans les yeux je te chante une chanson
Un vieux tube ou une récente mélodie
Quand tes mains me serrent fort que nos corps à l'unisson
Font vibrer tous les accords d'une berceuse

Toutes mes nuits jusqu'à ma mort je veux passer près de toi
Mettre nos corps en sueur lors de chacun de nos ébats
Et si un jour je devais partir plus loin que là bas
Étreindre une dernière fois ton cœur tout contre moi

Frédéric COTTA (poete-fada)
07 mars 2010
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Creative Commons License
Enregistrer un commentaire