blog des textes de poete fada (frederic cotta)

10 oct. 2006

Au revoir, Alfred

Finalement c'est vrai jn'avais aucune chance
tout me rapelle ta vie, ta mort, ma déchéance
Comme un ange qui est tombé soudain du ciel
Je me suis rendu compte que t'étais pas éternel
J'avais tant à te dire mais tu n'es même pas là
Et que de souvenirs je partages avec toi
J'avais tant à écrire mes mots ne suffisent pas
Et tant d'amour à donner mais tu n'es plus là

Finalement c'est vrai jn'avais aucune chance
Et ce cerceuil recouvert d'un drapeau me tance
Ce drapeau rouge sang pour qui tu t'es battu
Ce sont des idées, des bases à ma politique
Il n'est plus là le pépé de mon enfance
Il ne reste que mon flow de mots et de larmes
Je voulais tant essayer de te ressembler
Tu m'as donné tant sans jamais rien demander

Finalement c'est vrai jn'avais aucune chance
D'échapper à la tristesse de ton absence
Cette journée gravée dans ma conscience
Et la famille regrouppée autours de toi
Partageant les larmes comme on partageait les joies
C'est vrai qu'avec les ptits j'ai pris le relais
Ils ont telment besoin d'un grand pour les guider
Mais j'en sais pas autant que ske tu en savais

Finalement c'est vrai jn'avais aucune chance
Et ces discours ont mis les rancoeurs de côté
Si seulement à ça t'avais pû assister
Tous ces gens qui étaient là et qui t'aimaient
J'aurais voulu avoir quelque chose à leur dire
Mais ma voix est restée muette et j'ai failli
Au devoir de mémoire d'un petit fils
Mais je pouvais tout juste pas défaillir

J'aurais voulu le garder encore un peu avec moi
Mais mon papi est parti si loin de moi
Et ces roses blanches que j'ai déposées
Toutes ces larmes que j'navais jamais versées
Et dans le chant patriotique que t'aimais
J'avais le souvenir d'un glorieux passé
A resister à l'ennemi, défendre l'opprimé
De toi mon papi je sais dont j'ai été la fierté

A toi, Alfred
In my heart forever
Je t'aime

Frédéric COTTA (poete-fada)
09 octobre 2006
Ce document est protégé par un contrat Creative Commons :
Creative Commons License



Enregistrer un commentaire