blog des textes de poete fada (frederic cotta)

4 sept. 2004

un matin

jme suis éveillé d'un long sommeil
J'en pouvais plus d'étouffer dans ta géole
J'en pouvais plus de mourrir à petit feu
Alors que je n'étais qu'une poussière dans tes yeux.

Je me suis éveillé d'un long sommeil
Ai fait le point sur ma vie, mon passé, mon avenir
Je ne veux plus avoir jamais à souffir
Autant que, par amour, j'ai souffert de toi.

Je me suis éveillé de mon sommeil
Jamais plus je n'oserai prononcer ton prénom
Mais tout autant qu'il m'est de nouveau permis de respirer
Je sens l'odeur de la nature plutôt que ton parfum envoutant.

Je me suis éveillé de mon sommeil
Ai pris conscience de mes erreurs
Ai espéré longtemps les corriger toutes
Pour m'apercevoir de la vanité de mes doutes.

Je me suis éveillé d'un long sommeil
Trop longtemps absent sur le devant de la scène
Trop longtemps évité les erreurs plus qu'humaines
J'ai envie d'aimer plus fort celle qui te remplacera.

Je me suis éveillé de mon sommeil
J'ai envie de vivre et de m'ennivrer de son amour
J'ai envie d'écrire des poêmes chaque jour
Et j'ai envie d'y croire encore et toujours.

Frédéric COTTA (poete-fada)
04 septembre 2004
Ce document est protégé par un contrat Creative Commons :

Creative Commons License


Enregistrer un commentaire